Nintendo Switch : Retour sur la bête après 4 mois

Il y a quatre mois, je me suis procuré une Nintendo Switch. La nouvelle console de Nintendo promet une expérience à l’opposé des autres acteurs du marché. Exit la course à la puissance, bonjour à la convergence du salon et du mobile. Qu’en est-il maintenant ?

La console

Au début, j’étais un peu mitigé quant aux rumeurs concernant la Nintendo NX (son nom de code à l’époque). En octobre 2016, le reveal par Nintendo a eu le mérite de montrer réellement le concept dans une vidéo certes un peu surjouée et aux situations improbables, mais est clair. Ça fait plaisir, surtout après la Wii U et son annonce catastrophique (j’avais cru à un addon pour la Wii).

Le Hype Train est en marche et je précommande la console (principalement pour le nouveau Zelda, avouons-le). Arrivé au 3 mars 2017, c’est le déballage.

Tout d’abord, la console est d’une qualité exemplaire. Vu que les manettes Joy-Cons sont détachables, j’avais un peu peur de la solidité des attaches. Au final, les rails dans lesquels on les glisse sont très solides. Aucun jeu à déplorer. L’écran est très grand avec une bonne luminosité. Le son est clair avec les deux haut-parleurs à l’avant. La console a une prise casque classique (bonjour Apple 😉 ). La prise en main est bonne, mais la console pèse tout de même son poids : on est plus lourd que la PS Vita. Point à noter, la console à un refroidissement actif (radiateur + ventilateur). Bien qu’il ventile, le bruit reste minime.

Là où la console brille, c’est son aspect hybride. Le dock fait un peu cheap, mais son utilité est indéniable. Une fois la console dans le dock, l’image passe sur la télé. On détache les Joy-Cons et on les met dans un support pour faire une vraie manette séparée. La sensation de jeu est la même, la transition de mobile à TV et inversement est impeccable et quasi instantanée. Moi qui suis souvent en déplacement pour le boulot, je suis ravi d’avoir à n’acheter qu’une seule console pour jouer sur TV et n’importe où.

Les jeux

Le hardware est donc bon, mais une console n’existe que pour ses jeux. Qu’en est-il de ce côté-là après quatre mois ? Voici un bref tour de ce que j’ai pu essayer.

Tout d’abord, The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Jeu de lancement de la console, c’est un indispensable. Nintendo a su briser les codes de sa série pour la reconstruire avec brio. Après 75 heures de jeu, j’ai encore une quantité astronomique de choses à faire. Une critique est à venir ici, et ce jeu justifie à lui seul l’achat de la console.

Pour ceux qui n’ont pas eu de Wii U (et même ceux qui l’ont eu), Mario Kart 8 Deluxe est un must-have. Il regroupe le jeu comme sur Wii U, avec quelques modifications, l’intégralité des DLC, et des nouveaux personnages. On peut également jouer à deux avec une seule Switch, avec un Joy-Con chacun.

Pour ceux qui préfèrent des jeux de course plus traditionnels, Fast RMX est pas mal, dans la lignée des Wipeout.

Pour les amateurs de stratégie tactique, Disgaea 5 Complete est aussi disponible et promet des centaines d’heures de jeu.

Mon petit plaisir sur cette console est WonderBoy : The Dragon’s Trap, remaster du jeu de Master System (une critique arrive bientôt). À réserver aux amateurs de plateforme-RPG.

Et pour ne pas le citer, Minecraft est aussi sur Switch. Fait notable, il aura bientôt un cross play avec les utilisateurs des versions Pocket, Windows 10 et XBox One. Un vrai progrès de la part de Nintendo.

Enfin hier se tenait en ligne le premier Splatfest de Splatoon 2 avec une démo gratuite. Si vous n’avez pas joué au premier, il s’agit d’un jeu de tir à la troisième personne en multijoueur, où le but est d’encrer le champ de bataille pour couvrir à votre couleur plus de surface que l’équipe adverse. Vraiment fun, mais principalement en ligne.

Et la suite ?

Bien d’autres jeux sont sortis sur la console. Dont pas mal en numérique, comme Snake Pass, un jeu où l’on contrôle un serpent et dont la physique gère ses déplacements comme un vrai. Ou bien des rééditions de jeux de Neo Geo comme Metal Slug. Il y a beaucoup de jeux indépendants. On aura en fin d’année Super Mario Odyssey, Skyrim, et le futur s’annonce bien avec du Kirby, Yoshy et Metroid Prime 4.

Bref la console est en rupture de stock un peu partout, encore après 4 mois, et les développeurs tiers semblent suivre pour l’instant. J’adore cette console et son approche et j’ai hâte de voir les prochains jeux. On refait le bilan à l’anniversaire de la console ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *